Le yin yoga aide à s’abandonner, réalisant ainsi la paix et le bonheur dans le « maintenant ».

Lorsque l’on parle de yoga,on entend beaucoup parler d’abandon et de lâcher prise. Mais nous avons été habitué à croire que le bonheur est une récompense pour l’ambition, les efforts et le travail acharné, l’abandon peut être un concept étranger. Alors, dans une culture axée sur les objectifs et obsédée par le succès, comment peut-on apprendre à s’abandonner et, franchement, pourquoi devrait-on s’en préoccuper ?

Le Yin yoga apporte les réponses à ces questions en apprenant à s’abandonner.

Voici quatre façons d’apprendre à s’abandonner en Yin yoga

Surmonter l’inconfort

Contrairement à une idée reçue, le Yin yoga n’est pas la même chose que le yoga restauratif. L’une des premières choses que beaucoup de gens remarquent à propos du Yin yoga est à quel point il peut être inconfortable. Et pourtant, malgré l’inconfort de certaines postures, l’intention est toujours que vous vous abandonniez et que vous vous détendiez dans les sensations.

Il y a là une leçon de vie. Il est tentant de se laisser piéger par des schémas de pensée où vous pensez : « Je me détendrai quand… » ou « Je serai heureux une fois… », mais la vie n’est pas comme ça.

Il y aura toujours des moments difficiles, des malaises inattendus et des situations difficiles.

Lorsque vous pratiquez le Yin yoga, vous apprenez à vous asseoir avec un malaise et à l’accepter sans résistance. Et, bien que le Yin ne doive pas être activement douloureux, c’est une bonne méthode pour découvrir la vérité du dicton selon lequel « La douleur est inévitable, la souffrance est facultative ».

Libérer les attentes

Une grande partie de ce que nous faisons, nous le faisons parce que nous voulons atteindre un certain niveau, statut ou position. Même dans le yoga, il existe une tentation de rechercher une certaine posture de yoga ou un certain niveau de flexibilité. Vous pouvez décupler cette tentation si vous essayez de ressembler aux belles photos que vous voyez sur Instagram ou aux pages sur papier glacé des magazines de yoga.

Avec son objectif somme toute plus introspectif, le Yin yoga est différent. L’accent est mis sur ce que l’on ressent, pas sur l’apparence extérieure.

Comme le dit Bernie Clark en se référant au Yin yoga : « Nous n’utilisons pas notre corps pour prendre une pose ; nous utilisons la pose pour entrer dans notre corps. Et cette introspection, couplée au temps passé dans la posture, nous fait découvrir combien peu importe où nous arrivons.

Gagner en présence d’esprit

Combien de temps passez-vous réellement à être présent ? Ne pas penser à hier, à demain ou au mois prochain, mais être réellement présent avec ce qui est ? Si la réponse est « pas beaucoup », alors le Yin yoga pourrait être la réponse.

C’est l’une des pratiques de pleine conscience les plus puissantes, même si vous avez du mal à méditer. La raison en est que les sensations physiques que vous ressentez aident à ancrer l’esprit et à rester concentré. Au lieu de vous distraire avec ce qui a été et ce qui pourrait être, vous vous abandonnez à ce qui est réellement en ce moment.

Lorsque vous vous abandonnez, vous vous permettez d’être sans lutte et de faire l’expérience de la douceur de tout ce que le moment présent a à offrir. Vous trouvez ce que les yogis appellent sukha, le bonheur et le plaisir profonds qui existent déjà sans que vous ayez à lutter pour quelque chose.

Détendez votre corps

Sur le plan physique, l’abandon du Yin yoga permet au système nerveux de se détendre et de croire qu’il est sûr de laisser les muscles se relâcher, permettant ainsi à votre corps de s’ouvrir et de s’enfoncer plus profondément dans les postures. Paradoxalement, lorsqu’il s’agit d’augmenter la flexibilité, vous pouvez constater qu’en vous efforçant moins, vous pouvez en fait obtenir plus.

La même chose s’applique à tout ce que vous voulez manifester. Quand vous voulez vraiment quelque chose, il y a une tentation de le chasser et de le poursuivre. Vous devenez obsédé par votre désir.

En retour, cet état de désir insatisfait devient votre norme et, le plus souvent, votre objectif semble s’éloigner. Même si vous l’atteignez, vous êtes devenu tellement attaché à l’état d’esprit du désir que vous vous concentrez immédiatement sur autre chose.

Allons-y !

Oui, c’est bien de savoir ce que l’on veut, mais c’est aussi bien de s’y soumettre. Peut-être qu’en lâchant prise, vous découvrirez que cela vient à vous, ou peut-être découvrirez-vous que ce n’était pas tout à fait bon pour vous de toute façon. Dans tous les cas, vous aurez trouvé le bonheur réel et authentique qui réside dans l’abandon selon les mots de Sonia Ricotti :  » Abandonnez-vous à ce qui est. Lâchez ce qui était. Ayez foi en ce qui sera. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code